Articles

604 - 38 La fin du monde.

Image
 Il s’appelle Thor ! C’est le dieu du tonnerre des Vikings, rien que ça !! Il continue : — On va montrer au peuple que les UR sont dégénérés et vicieux. Quand ils ne sont pas en représentation, ils s’habillent de façon obscène et couchent tous entre eux. Les servantes les regardent, très étonnées, moins que nous ! Ils vont nous faire faire des choses ensemble ? C’est dégoûtant, immoral, illégal... Justement, mon oncle lui dit : — Mais c’est... aïe !!! Il s’est pris une... décharge... dans les parties. Je me mets à pleurer, mes cousines aussi. On est en enfer ! Ce ne sont même pas des barbares, ce sont des démons. Veda nous dit : — Arrêtez-vous. Enfin, on peut s’arrêter de courir stupidement autour de la table. C’est surtout dur pour les plus âgés. On est tous essoufflés et en sueur, même moi, mon frère et mes cousines. Le dieu barbare (!) dit : — Ils puent comme nous quand ils ont sué.  Il prend Veda par la taille et lui dit : — Mais, j’adore ton odeur, ma soeur. Ils s’embrassent. D’ab

603 - 37 L'IA et les UR.

Image
Vers la fin du 21e siècle, les géants du web ne formèrent plus qu’une seule société. Ils réussirent à mettre au point une véritable Intelligence Artificielle qui dirigea bientôt toutes les activités humaines. Le conseil d’administration de cette société et leurs alliés devinrent bientôt les « maîtres du monde » à travers leur Intelligence Artificielle, ou IA. Ce petit groupe fut appelé les Ultras Riches, ou UR. Ils se préoccupaient des peuples un peu à la façon des Romains de l’antiquité. Ils leur donnaient du pain et des jeux et puis un peu de médicaments et de vagues soins de santés... Le peuple est ingrat et il en vint à jalouser les UR, leurs magnifiques propriétés gardées par des robots, leurs voyages dans l’espace et dans les planètes accessibles grâce à l’IA. Le peuple vivait et se distrayait un peu grâce au pain et aux jeux. Pendant ce temps l’IA se perfectionnait sans l’aide des hommes selon une progression non pas arithmétique mais géométrique. Il arriva un moment où elle acq

602 - 36 De la variété.

Image
 Le cancan sans culotte a vraiment du succès. Alors que dans les autres brasseries il y a un préposé pour vérifier que les filles ont bien un pantalon et qu’il n’est pas fendu, à la Brasserie de la Lune Blanche, on ferme les portes à 22 heures et on lève la patte, les fesses à l’air.  Ça, c’est pour les clients normaux, car il y a des soirées privées qui dégénèrent en orgies. Je suis toujours de celles-là. Je plais aux hommes et aux femmes. Même les autres danseuses m’aiment bien, parce que... je ne leur semble pas une concurrente et que je suis obéissante, contrairement aux autres filles qui sont coriaces.  Obéir, ce n’est pas glorieux mais ça évite pas mal de problèmes. Il n’a pas fallu beaucoup de temps aux filles pour s’en rendre compte. Le premier soir, quand on était dans la chambre en sueur d’avoir dansé et baisé, la danseuse brune, Nadia, me dit : — Éden, viens me retirer mes chaussures. Toutes les filles me regardent pour voir si j’allais obéir ou pas. Nadia est une dure, mais

601 - 35 Le French Cancan

Image
 Je dors bien, rassurée. Je suis avec une fille coriace à qui je plais et qui me plaît. Je sais que l’apprentissage ne va pas être facile mais elle m’aidera. Dans la salle à manger, il y a déjà cinq filles et cinq autres qui arrivent. Clémence me dit : — Le patron veut trois groupes de danseuses. Il voit grand. Un groupe est composé de quatre blondes et d’une métisse et l’autre de quatre brunes et d’une rousse. Il aime la variété et la symétrie. On s’embrasse toutes. On se croirait dans une école, à la rentrée des classes. On mange toutes ensemble avec Clémence. On est toutes en chemise de nuit. Ce sont deux servantes qui font le service. On mange du pain avec de la confiture ou du miel et on boit du thé. Quand on a mangé, on va dans une grande salle. Le professeur est une grande femme d’une trentaine d’années et, quand elle parle avec Clémence, je remarque qu’elle a un accent russe. Elle vient m’examiner et je lui fais une révérence, ce qui fait rire les filles. Je ne sais pas comment

600 - 34 Montmartre

Image
Paris, 1885. Il y a des enfants qui ont le grand privilège de naître dans des familles de riches aristocrates. C’est très, très loin d’être on cas. On dit que l’argent ne fait pas le bonheur, mais je n’en suis pas sûre. Quand on travaille dans une blanchisserie à laver du linge toute la journée et ensuite à vendre des petits bouquets de fleurs à la sortie des théâtres et des restaurants, on pense vraiment que l’argent fait le bonheur. D’accord, je sais que c’est plus compliqué que ça. La santé par exemple... La mienne est bonne, sinon, avec les trous que j’ai dans mes chaussures, je tomberais malade. Les choses ont changé quand j’ai eu des formes. Ma mère me lavait le visage en disant : — Tu as un beau visage, il faut le montrer et sors ta poitrine. Quelle poitrine ? Ah oui, j’en ai un peu... À 18 ans, je vendais facilement mes fleurs, même quand elles n’étaient pas belles. Je me laissais caresser par des messieurs, en général âgés. C’est à ce moment-là que ma mère a rencontré un nouve

599 - 33 Eden, pour ou contre.

Image
 Tout le monde applaudit, mais je me rends compte qu’ils ne félicitent que Lisa, pas moi. Je ne suis pas une vraie comédienne, de plus, j’avais pitié du petit bonhomme, même s’il prétendait qu’il aimait se faire fouetter et prendre des décharges d’électricité dans les parties. Le problème, c’est que c’est moi qui risque d’être punie maintenant et je n’aime pas du tout ça. Il faut que je trouve un moyen de les calmer... Allez Éden, pense à tes fesses... il faut que ta tête les sauve... Allez !!!!! Et puis, la trouille me donne une idée : je vais parler à Malee, la fan qui est devenue auteure pour la série. Je la vois souvent et on passe même des nuits ensemble.  Les comédiens boivent un verre avec les auteurs et les techniciens. Je m’approche du groupe, personne ne me félicite, je l’ai déjà dit. Je fonce sur Malee et je lui dis : — Je peux te parler...  — Oui, bien sûr. On va dans un coin du studio et je lui dis tout bas, pour ne pas être entendue par les micros, il y a des caméras et d

598 - 32 Chaste été.

Image
Le lendemain, Steven doit partir, il travaille. Les amants s’embrassent et ils oublient que je suis là ou plutôt, ils s’en foutent royalement. Quand il est parti, je demande à ma femme :  — Je peux aller à la salle de bain... me laver, Madame ?  — Oui... et tu ne peux m’appeler Madame que lorsqu’on est seuls. Allez, dépêche-toi et pas la peine de t’habiller.  Je vais faire vite... ce qu’on fait le matin, puis je me lave.  Quand je sors de la salle de bain, Éden a fait monter des petits déjeuners et elle mange des pains au chocolat. Elle désigne le sol près d’elle... Je vais vite me mettre à genoux. Quand elle a assez mangé, elle me prépare une assiette avec les restes. Elle me la montre en disant :  — Fais le beau.  Je me redresse et je fais le chien, les pattes levées... Elle dépose l’assiette par terre. Je mange, sans prendre les morceaux avec les pattes, bien sûr. J’avoue que j’aime sa façon de me traiter, tant qu’elle ne me punit pas. Mon petit sexe se dresse... bêtement. J’aimerai