Articles

642 - 39 Ils vont payer.

Image
 La fille ajoute : — Déshabillez-les et j’ai envie de les voir vous sucer la bite. Elle nous regarde en souriant et ajoute :                   — On ne se lave pas souvent. Quelle horreur ! Les musiciens et les gardes du corps nous déshabillent en déchirant nos vêtements. On crie... Ils nous mettent à genoux sur la petite table, devant la chanteuse, les fesses tournées vers elle. Les deux gardes nous tiennent les mains dans le dos, les fesses en l’air. Les musiciens doivent être à moitié asiatiques et à moitié occidentaux, à voir comme ils sont poilus. Ils exhibent de gros sexes entourés de poils noirs sous notre nez. L’un deux nous dit : — Va falloir obéir à la patronne, petites, et si vous nous mordez, on vous arrache les incisives et on vous les fourre dans le cul. Ensemble, ils font coulisser la peau de leurs prépuces. L’odeur devient pire. Ils nous regardent en souriant. Atsuko est encore plus dégoûtée que moi. On pourrait... La chanteuse coupe le fil de mes pensées en disant : — J

641 - 38 Atsuko.

Image
 — Et on peut... se faire lécher, Madame ?  La gouvernante répond : — Bien sûr. Vous leur faites faire ce que vous voulez, mais sans les abîmer. On a beaucoup de chance ! Une autre fille demande : — Elles vont travailler en haut aussi ? — Oui, sous vos ordres. Elles sont à vous, les maîtres ne veulent pas les voir ou le moins possible.       Une des filles s’appelle Shen et elle a l’air d’être plus ou moins la chef du sous-personnel, c’est-à-dire de celles qui sont en dessous du personnel d’en haut mais au-dessus de nous. Tu trouves ça trop compliqué et tu jettes ce livre imaginaire avec colère, lectrice imaginaire ? Reprends-le vite, il va se passer des choses qui vont te plaire.  La gouvernante lui dit : — Shen, tu t’occupes d’elles ? — Certainement, Madame. Elle nous regarde et dit : — Entre 13 h et 16 h, les maîtres ne sont pas dans les chambres, vous viendrez avec nous nettoyer et faire les lits. Jusqu’à midi et demi, vous pouvez faire vos petits dessins et vos petits textes. Vous

640 - 37 Le déclic.

Image
 Atsuko me dit : — On était obligées de les amuser, on ne doit pas avoir honte malgré ce qu’on a fait. On a le mot esclave brûlé sur nos fesses, on n’a pas tellement le choix.  Elle ajoute : — On va d’abord s’éloigner de cette vermine. — Bonne idée. Vermine, ça leur va bien et pour le connard de tout à l’heure, si on disait « le prétentieux » ? Elle rit et répond : — On va dire « Les prétentieux et les vermines ». Une toute petite façon de nous venger. On fait le tour de la grande cour et on trouve de la paille dans une pièce, mais c’est un cinq étoiles ! On vérifie qu’il n’y a pas trop d’insectes ou de rats, puis on se couche l’une contre l’autre. Je ne rêve pas et d’un côté, tant mieux. *** Le lendemain, un connard qui crie : — Les putains !! On se réveille en sursaut, toujours l’une contre l’autre. Atsuko me dit : — Je suppose que c’est nous ! On est traitées de putains par de la vermine. On y va vite. Une des vermines gueule : — Dèj !!! On va tout chercher dans une des pièces et on

639 - 36 La ferme.

Image
— Qui lèche le mieux des trois ? C’est Kimi, la Chinoise, qui répond : — Mila a cette réputation, Maîtresse. Garce ! Je préférerais lécher... euh... Perséphone, l’épouse d’Hadès, le dieu des enfers. Sakura me dit : — Tu n’as pas l’air emballée, petite vermine occidentale... — Ssiiiiii... Maîtresse. Je vais me mettre à genoux entre ses cuisses, les deux autres filles sont derrière moi, puisqu’on est attachées et je colle ma bouche à sa chatte. Je dois absolument cesser de penser à la garce qu’elle est. J’imagine que c’est Mei et je plonge la langue la première  dans sa chatte. Je l’ai à peine léchée quelques fois qu’elle me dit : — Tire-toi. Tu es nulle. Quoi ? Kimi me tire et on va se mettre à genoux un peu plus loin. Perséphone veut un homme, à défaut de Hadès ou de Daddy chou. Elle claque des doigts, Aran arrive aussitôt. Il la fait mettre à quatre pattes et il la baise. Elle va jouir tellement fort qu’elle va claquer... ou pas ! Elle jouit et se lève aussitôt. Lui n’a pas joui et il

638 - 35 Daddy chou et sa fille chérie.

Image
 La fin du monde... J’ai écrit ça et je l’ai jeté. Comme si elle avait compris à quoi je pense, Mei me dit : — C’est de ma faute, j’aurais dû mieux t’expliquer. On est dans la voiture d’Aran, l’homme que nos déboires amusent beaucoup. Il a un chauffeuse... non, ça n’existe peut-être pas, alors un chauffeur féminin qui s’appelle Zi. Nous sommes assises sur la banquette arrière de la voiture et il est entre Mei et moi. Il lui dit  : — Tu devenais un peu trop sûre de toi, quelques semaines d’humiliation te feront du bien. Je la regarde et je la vois faire une grimace. Moi, je suis comme avant le saut en parachute, je n’ai rien à perdre, je lui dis  : — Tout ça, c’est à cause de moi Monsieur, Mei ne doit pas être punie. L’homme rit... de moi, bien sûr. Il me dit : — Ah oui, c’est à cause de toi que Mei va passer des sales moments au propre et au figuré. Fallait écrire...  — Je le ferai. Maintenant, si vous voulez. — Trop tard, tu vas passer une semaine au bon air, à faire de l’exercice. Il

637 - 34 Les primitifs.

Image
On rentre au camp. Je porte le sac de Suki en plus du mien. On marche longtemps... On est tous fatigués, surtout Camille et moi, parce qu’on a les plus lourdes charges. On arrive enfin. Tout le monde s’assoit, sauf moi qui apporte le repas. On mange la même chose qu’hier : des fruits frais, des fruits confits, des biscuits... Je mange les restes de Suki. Heureusement, il y a suffisamment dans ce qu’elle me laisse. Camille nous dit : — Ce soir on dort, on devra beaucoup marcher demain. Pourquoi on n’y va pas en hélico ? Je le pense mais ne le dis pas. Avant de m’endormir en compagnie des pieds de Suki, j’imagine l’arrivée chez les primitifs. J’espère qu’ils seront accueillants... *** Nous passons une bonne nuit, les pieds de Suki et moi, et on se réveille en forme. Je suis sûre que si ses pieds parlaient, ils seraient gentils et ils seraient mes amis. Par contre, Suki les emploie en général pour me filer un coup de pied en disant : — Déjeuner. Vous savez déjà comment se passe, les déjeu

636 - 33 Champignons piskotropes... sic...

Image
 J’ai reçu un ordre de ma maîtresse et je plonge dans sa chatte... Là, c’est le paradis, le goût l’odeur, j’oublie le tig... euh... le tigre. C’est très curieux : je pénètre dans sa chatte comme dans un palais de la Chine antique. Suki me donne une petite claque sur la tête en disant : — Qu’est-ce que tu fous ? — Je visite... vous avez un palais entre.... Suki me coupe en disant : — Elle est complètement pétée. Tu la veux, Camille ? Elle ne va pas prendre ton sexe pour un palais.  Il répond : — Volontiers. Suki me prend par la nuque et elle me fait regarder Camille, en disant : — C’est le Roi du palais, va le lécher. Oh oui, si c’est le Roi ! Je vais vite prendre son sexe en bouche. Oh, il a un goût... de myrtille, normal pour un Roi. J’entends Suki dire : — Sheng, entre mes cuisses ! Suki doit être la Reine et Sheng une de ses... Comtesses. Le Roi Camille me caresse la tête, il aime ma bouche et ma langue. Soudain, je me rends compte que je ne suce plus un sexe d’homme mais un serpent