Articles

Affichage des articles du décembre, 2023

618 - 52 Est-ce la Chine ?

Image
 Juan me dit : — On a des sandwichs... poisson fumé, légumes.  On mange et quand on a fini, il sort du sac une petite bouteille d’un liquide rouge. Il boit un coup et me le tend. Je bois... c’est de l’alcool de fruits, sans doute de la framboise, c’est bon. On boit encore à tour de rôle. L’alcool me donne du courage, je caresse ma poitrine en disant : — Mes seins sont si... fermes et mes fesses aussi. J’ai l’impression que même mon visage a un peu changé... Juan répond : — On t’a un peu améliorée... Tu n’as plus cette mollesse dans les seins et les fesses. Et puis on a un peu modifié ton visage. — C’est tout Monsieur ? — On a aussi resserré ton anus, c’était nécessaire. On a soigné une carie, enlevé une petite verrue... Et comme je te l’ai dit, on a augmenté tes facultés physiques. Cours et tu verras la différence.  Je me lève et je cours. M’en fous de courir vite... C’est grisant quand même... Je ne suis même pas essoufflée... Bon, je reviens vers lui. Il me dit : — Après la mission,

617 - 51 Je vous connais...

Image
 Une chatte, c’est le meilleur antidépresseur, pour moi. C’est rose et noir et il y a un mélange de senteurs qui niquent mes angoisses. Et puis le goût aussi... Bref j’adore les chattes... J’aime les hommes aussi, bien sûr. Je pourrais être reçue dans la communauté queer. Je suis à genoux entre les cuisses de la fille. Paradoxalement, c’est comme si elle me protégeait. Je la lèche de l’anus au clitoris. J’évite juste le vagin qui est un peu acide, ben oui, il se défend le chéri. Je ne dis pas que je ne préférerais pas qu’elle ait pris une douche récemment, mais il faut économiser l’eau. Je lèche même un peu de smegma le long de l’extérieur des grandes lèvres de ma Maîtresse. Elle caresse mon dos avec son pied, tout en me disant : — Tu es une petite championne pour lécher les chattes... oui, suce bien, mon bébé. Oui je suce... et elle jouit en emprisonnant mon visage entre ses cuisses, lle m’a bien mouillé le visage. Quand j’émerge d’entre ses cuisses elle frotte mon visage avec une ser

616 - 50 Apprendre le chinois.

Image
 Je suis les fesses de LiLing comme une biche en chaleur suit un cerf... Oui, je ne suis pas en forme pour les comparaisons aujourd’hui. Le soir on va dans les cuisines du personnel. Ils parlent tous chinois bien sûr, m’en fous, j’ai faim. LiLing parle avec le cuisinier qui me regarde avec intensité. Je sens que je vais devoir « payer » mon repas ». J’ai envie de manger et c’est tout. Hélas LiLing me dit : — Je négocie un dessert, va sucer le cuisinier. Eh ! Ça pas la tête, va le sucer toi-même ! C’est ce que je dirais si j’en avais. Hélas mes ovaires ne sont pas faits pour la bagarre. Il sort un sexe qui n’intéresserait absolument pas la biche en chaleur. Je vais me mettre à genoux sur le carrelage. LiLing me dit : — Regarde-le dans les yeux. Je lève la tête, toutes les filles de cuisine ont un grand sourire. Le cuisiner a une demi-molle, qui n’intéresserait personne, ni humain ni animal. Il frotte son gland sur mon visage, mon nez, mes lèvres. Je préfère sauter en parachute. Non, bie

615 - 49 L'Impératrice

Image
 Il dit à Ofelia : — Elle sait où vous allez ? — Non, monsieur Je me rapproche d' Ofelia, comme chaque fois que je panique. L’homme poursuit : — C’est mieux comme ça. Il me regarde et ajoute : — Va attendre dans le couloir. Pourquoi ?? J’y vais... à contrecœur. J’attends dehors, comme si le prof m’avait mise à la porte de la classe. Cinq minutes plus tard, Ofelia ressort et elle me prend par la main. On suit Eva dans une pièce, où elle met une jolie robe et des chaussures. Elle reçoit aussi des bijoux : colliers, bracelets, boucles d’oreilles. Moi je n’ai droit qu’à un chemisier blanc, un pantalon et des chaussures noires. Je suis la servante d’Ofelia. Dès qu’on est prêtes, on nous dépose en voiture dans un petit aéroport et on prend un jet, direction la Chine. Elle me dit : — Quoi encore ?? Tu as peur ? — Oui... — Ajoute mademoiselle. — Oui mademoiselle. J’ai envie de pleurer pour changer. Une jolie hôtesse asiatique vient nous dire : — Puis-je vous servir quelque chose ? Je regar