Articles

58 - Nue et désemparée.

Image
— Vous l’avez peut-être déjà remarqué : je suis vite dégoûtée. Hélas, tant que j’étais une esclave du Prince, je devais obéir et maintenant, si je veux avoir une chance de quitter le Japon, je dois satisfaire le chef. Ils reviennent sans doute de vacances et pas de chance pour moi, il n’y avait pas de salle de bains où ils logeaient. Je prends son sexe en bouche en pensant « évasion ». Je lui fais une fellation de première classe. Il me caresse la tête en disant : — Vous les Occidentales, vous êtes de vraies petites putes : vous avez l’habitude de sucer des bites. Les Japonaises ont plus de fierté, et elles ne suceraient jamais un inconnu. Ferme-la, raciste et jouis ! Il ajoute : — Tu aimes sucer des inconnus, hein, petite salope ? Oui mais les inconnus qui ont bites propres. Je prends ses couilles pour les malaxer juste ce qu’il faut… Il arrête de parler pour gémir et jouir dans ma bouche. Oh putain, quelle quantité. Eh ! Tu te branles jamais, le Jap ??? Je parviens à tout absorber. I

57 - VIP.

Image
On a répété avec Nam-ji et ce soir, on chante pour des VIP. On devrait changer de nom, les Virgins Idols deviendraient les Putes Idols… On ne chante pas dans un théâtre mais dans un petit club réservé aux… VIP. J’ai plus le trac que d’habitude. Je n’aime pas les riches : ils se croient tout permis et... ils ont raison. On arrive dans le club, je regarde les gens assis autour des petites tables. Il y a surtout des gros richards âgés et avec eux, des jolies putes très jeunes. On se change et j’arrive sur la scène seule. Je suis habillée en écolière : jupe bleue, plissée, chaussettes arrivant sous les genoux, chemisier blanc, petite cravate et chaussures plates. Nam-ji m’a dit : — Tu peux choisir une chanson que tu aimes, mais pas une chanson rapide. Alors je chante « Video Games » de Lana Del Rey, j’adore cette chanson. La musique démarre et je commence : — Swinging in the backyard (On se balance dans le jardin) — Pull up in your fast car (On saute dans ta voiture rapide) — Whistling my

56 - Walk on the wild side.

Image
Je dois la suivre à la cuisine. Là, comme partout chez les riches, il y a une cuisinière corpulente. Elle se lève aussitôt pour saluer et Kaniko lui dit : — Je voudrais que ce soit elle qui nous serve. — Certainement, Mademoiselle. Kaniko me regarde et dit : — Tu sais faire une révérence ? — Oui Mademoiselle. — Tu en feras quand tu arrives et quand tu pars, ainsi que chaque fois que tu sers quelqu’un. — Bien Mademoiselle. Elle s’en va et la grosse cuisinière me dit : — Elles vont s’installer autour de la piscine. Il faut que tout soit impeccable. Elle me donne un sac en papier et ajoute : — Ramasse les mégots, les chewing-gums et toutes les saloperies qui traînent. N’oublie rien parce que Mademoiselle adore manier le fouet devant ses copines. — Oui Madame. Je vais vers la piscine, j’enlève mon uniforme et je plonge dans l’eau… dans mes rêves ! Je ramasse effectivement des saloperies : mégots, papier, chewing-gums et même des préservatifs utilisés. Une petite demi-heure plus tard, la c

55 - Surprise.

Image
Kawaii explique au fan motorisé où elle veut aller. On arrive devant un restaurant chinois, il n’y en a pas beaucoup à Tokyo. Elle dit : — J’ai envie de canard laqué et c’est un restaurant du groupe. J’ai l’impression que tout le Japon appartient au « groupe ». Notre chauffeur nous demande : — Je peux avoir un souvenir, les filles ? Kawaii réfléchit, puis elle prend trois kleenex et nous en donne deux en disant : — Signez-les ! Quand c’est fait, elle se mouche dedans et ajoute : — Faites la même chose. On va lui donner ça ?? Oui… Il est ravi et nous remercie avec effusions. C’est dingue ! Là, je me dis « Idol », c’est pas si mal, si on peut payer avec des kleenex sales ! On entre dans le restaurant « Aux délices de Canton ». Kawaii parle à une serveuse qui prévient le patron. Un gros Chinois vient vers nous pour dire à quel point il est honoré de notre visite. On nous donne une bonne table, pas loin d’un grand aquarium de koïs. J’ajouterais bien des koïs « comme par hasard ».

54 - Chasteté.

Image
Le Prince et ses Thaïes s’en vont, suivis de Nam-ji. On reste avec Lian. Elle a un boîtier en main et elle le caresse en disant : — Dans le fond, on n’a pas testé la puissance trois. Évidemment, en voyant nos têtes changer, elle dit : — Mais non, je ne vais pas vous faire ça. Par contre, j’ai très envie de pousser celui-ci. Elle pousse sur un des boutons et quelques secondes plus tard, on est toutes les trois le front par terre en gémissant… Elle dit : — J’adore ce gadget et vous les filles ? On relève la tête en disant que non, nous on n’aime pas et pitié Mademoiselle Lian... Elle prend son pied, là. Elle ajoute : — Vous imaginez qu’en rue ou au restaurant, par inadvertance, je pousse sur le bouton « le front au sol » ? Gag, non ? Bon, cet après-midi, vous chantez. En attendant, vous pouvez répéter et manger au restaurant de l’hôtel. Mais pas de bêtises, sinon... Elle montre le boîtier en guise d’avertissement, puis s’en va en riant. On reste là, toutes bêtes, la chatte doulo

53 - Let's dance.

Image
Sur ce, elle m’embrasse sur la bouche. Puis d’autres filles lui succèdent et peut-être même un garçon… J’ai pas mal bu et je n’ai plus l’habitude de tant d’attentions... J’adore ça ! Des langues se succèdent dans ma bouche. Oh putain ! Je mouille… Une fille glisse une main sous ma jupe et dans mon slip. Elle me caresse trop bien… Là, j’entends une grosse voix dire : — Bougez-vous les filles. C’est un videur qui m’attrape par un bras. Je lui dis : — Je ne fais rien de mal. Il ne répond pas et me ramène à ma place. Il dit à Nam-ji : — Elle était occupée de flirter avec une bande de filles et deux garçons. Quel sale cafteur ! Nam-ji lève les yeux au ciel en disant : — On en reparlera. Les autres filles reviennent à la table. Elles veulent sans doute savoir qui sont les nouveaux venus. Ils se mettent à parler rapidement entre eux, en langage « jeune ». Je ne comprends pas grand-chose. Je pose ma joue contre l’épaule de Futumi et ça ne rate pas, Kawaii dit : — La petite a sommeil, faut la c

52 - La petite salle à manger.

Image
Les filles me regardent… elles savent que je mens. Elles râlent sans doute parce que je ne veux pas goûter le fugu, sommet de la gastronomie japonaise, soi-disant. Le patron répond : — Il y a une petite salle à manger pour les enfants où ils peuvent manger des hamburgers… y compris végétarien. Kawaai ne me laisse pas le temps de répondre, elle dit : — Parfait pour elle… On pourra manger et discuter entre adultes. Allez Cécile, va manger avec les petits. — Mais… Personne ne prend ma défense, alors je me lève. Le patron dit à une serveuse : — Conduis cette fille dans la petite salle à manger, elle a peur du fugu. Je la suis… Je voulais manger des bonnes choses et pas un poisson potentiellement mortel ni un hamburger en buvant du lait ou un soda. Dans la petite salle à manger, il y a quelques petites tables. Plusieurs enfants mangent, d’autres jouent. La serveuse dit aux enfants : — Cette petite demoiselle va prendre son repas avec vous. Puis à moi : — Tu veux un hamburger, c’es