Articles

Affichage des articles du décembre, 2022

567 - Entre les fêtes.

Image
J’ai terminé l’histoire de Lizy. Elle a presque fait le tour du monde : les Indes, l’Angleterre, la France, le Sénégal, la Guadeloupe, Cuba et les États-Unis. Comme chaque fois, c’est une œuvre originale et je ne me suis inspirée de personne. La Musardine va publier Lizy. Cette semaine, entre les deux réveillons, mon mari et mon fils ont envie d’aller aux sports d’hiver. Moi, je déteste le froid et à force de supplications et de promesses, mon mari m’a laissée partir quelques jours de mon côté. J’ai justement une amie, avec qui je m’entends bien, qui a ouvert un petit hôtel dans le sud du Portugal. Je lui envoie un mail pour lui demander si je pouvais aller quelques jours chez elle. Je lui propose de l’aider comme je le fais en été chez des amis riches.  Elle me répond être justement à court de personnel et qu’elle me loge et me nourrit gratuitement, si je sers les petits déjeuners et si je fais les chambres. Comme à Mougins, ajoute-t-elle.  Elle est au courant de ce que je fais pour a

566 - 70 Le Choix.

Image
 Ariane me dit : — Je vais te faire une proposition. J’ai déjà acheté plusieurs biens et placé de l’argent, mais je peux encore te donner au moins la moitié de ta part et tu pars où tu veux... Elle s’arrête un moment et me regarde. Je lui dis : — Toute seule Madame ? — Oui. Je m’imagine quitter la maison avec une bourse pleine de pièces d’or... et puis.... je vais où ? Qu’est-ce que je fais ? Ariane me laisse le temps de réfléchir, puis elle me dit : — Mets-toi à genoux et enlève ma chaussure gauche. Quoi ? Mais pourquoi ? Je suis bien dressée : je me baisse et j’enlève sa chaussure. Elle pose son pied nu sur mon épaule et elle me caresse la joue en disant : — Notre équipe me plaisait aussi, mais je n’aurai pas le temps de te surveiller... Elle poursuit : — Ou alors, tu deviens ma femme de chambre personnelle avec Mary et on repart ensemble. Je m’apprête à répondre, mais elle ajoute : — Et tu devras lui obéir. Comme ça, je serai sûre que tu ne feras pas de bêtises, ce qui est quand mêm

565 - 69 Au régime.

Image
 La cuisinière lui demande : — Tu es sûre de ce que tu fais ? — Oh oui, vous allez voir. Lizy, debout et enlève ta robe. — Euh... Elle me dit : — Tu préfères être punie ? Je me lève aussitôt et j’enlève ma robe. Pourquoi Ariane me fait ça ? Oui, je sais pourquoi, je mange trop, je bois trop et je ne l’aide pas dans les affaires. Elle m’a même vue dormir dans la journée au bord de la piscine. Je suis nue au milieu des esclaves, cinq femmes et un homme. Latia me dit : — Mains dans la nuque. J’obéis immédiatement. Elle ajoute : — Voici notre esclave pour trois mois. Trois mois ? Oh non ! Madame Johanna répond : — Vous êtes sérieuse ? — Oui, elle n’arrête pas de bouffer et de boire de l’alcool. Alors, on va la faire travailler et maigrir. Et si elle n’obéit pas ou si elle fait mal son travail ou si on en a simplement envie, on peut lui claquer les fesses. Regardez. Elle s’approche, je ferme les yeux et elle me donne cinq ou six claques sur les fesses. Je crie à chaque claque. Une fille lui

564 - 68 Sous terre.

Image
 Oui, je sais, on pourrait penser que j’ai peur de tout, mais là, on est sous la terre avec des chauves-souris et peut-être des crotales. On retourne à l’endroit où on a installé notre petit camp ! Ariane dit à Kil : — Ce serait bien que tu fasses une torche... Il prend le bâton qui était dans un des sacs. Il entoure une extrémité d’une bande de tissus qu’il recouvre de résine et l’allume à la bougie. Oh ! La salle est immense. Ariane a de nouveau un plan en main, elle suit la paroi et elle nous dit : — C’est ici qu’on doit dégager. On amène tout le matériel et Kil enlève soigneusement de grosses roches. Quand c’est fait, Ariane creuse contre la paroi avec une petite pelle. Elle met son visage contre la petite ouverture, puis elle nous dit : — Je sens un courant d’air. Il faut dégager juste de quoi s’y glisser.  Kil élargit l’ouverture. Il pousse la terre et les cailloux, qui tombent de l’autre côté de la paroi, de façon à ce qu’il puisse s’y glisser. Il disparaît, puis il nous dit : —

563 - 67 Murfreesboro

Image
On passe à nouveau une journée en voiture. C’est long... On s’arrête pour faire boire les chevaux et nous aussi. On mange des plats que le pétrolier Steve a commandés au relais, c’est bon, c’est vrai et puis je « colle ». Ariane. Steve lui dit : — Elle est normale ta copine, à te coller comme ça ? Ariane répond :  — Elle a assisté à la mort de ses parents, tués par des cavaliers Sikhs. Depuis, elle a la trouille. N’importe quoi ! Mes parents sont toujours vivants, enfin je suppose. Le principal, c’est qu’il ait pitié de moi et qu’il me foute bien la paix. Enfin, l’interminable journée de la pauvre orpheline se termine. D’après ce que j’ai entendu, il nous déposera demain.  On mange et on boit bien, ensuite on se retrouve tous les quatre dans la chambre de Steve. Il dit à Ariane : — On joue bêtes ? Le mot est bien trouvé ! Il ajoute :  — Tu as une idée ? Je dirais bien des bêtes comme des mouches ou des vers de terre... Mais j’ai peur de prendre une claque. Elle dit : — Et si on était d