30 - On remet ça.

La plupart des clients sont ravis d'avoir participé à la caméra cachée d'une star internationale. Ils ont tous l'air d'accord pour être dans les vidéos. Juana s'est assise et continue à parler avec Mr W. Il lui annonce :

— Tu vas pouvoir te changer.

C'est le moment où, Nadia lui apporte une robe de rechange, exactement la même. Elle remercie Mr W. Ils s'embrassent et se quittent. Juana dit à une de ses assistantes :

— Aide-moi à enlever cette robe.

La fille bondit. Yoake lui demande :

— On peut filmer ?

— Oui, bien sûr.

L’assistante lui retire sa robe tachée. Juana apparaît nue, telle la Vénus de Botticelli, la coquille en moins et nettement plus brune... Il n'y a plus un bruit dans la salle de restaurant, tout le monde admire ses fesses, ses seins, son sexe tout lisse. Elle enfile la robe propre et on l'applaudit. Miles la conduit à une autre table... Elle déménage avec son équipe. Ensuite il vient nous dire :

— Vous continuez à servir.

Il ajoute en me regardant :

— Je veux des serveuses souriantes.

Je lui fais un grand sourire. Cette garce de Colombienne m'a mis une telle fessée que si un papillon se posait sur mes fesses, je hurlerais. Les clients, ça leur plaît que je continue de les servir, même les serveuses et Nadia me regardent, amusées. Oui, ce sont mes fesses, pas les leurs.... La première fois que je vais chercher quelque chose à la cuisine, le chef m’interpelle :

— Montre-nous tes fesses !

Ne voulant surtout pas d'embrouilles, je lève ma jupe et baisse ma culotte. Il y a des sifflements d'admiration et des rires, mais quand même deux filles qui me plaignent. Nadia me fait remarquer :

— C'est jamais qu'une fessée.

— Oui... mais je te jure que...

— Ce soir, c'est mon tour.

Le chef lui demande :

— On remet ça ce soir ?

— Oui... il paraît.

— On a hâte de voir les images... Allez les filles, au boulot !

Je vois que Yoake est assise à la table de Juana. Ils partent tous vers trois heures de l'après-midi.

Nous, on reste là.... J'espérais qu'on ait le droit d’aller faire un tour ou se reposer dans une chambre, mais non, on aide à la cuisine, puis on nettoie le restaurant... J'ai mal et je suis épuisée... Quand on a fini de ranger et de nettoyer, on doit mettre les couverts. Les premiers clients arrivent. Je me demande qui va être piégé ce soir....

Le restaurant se remplit, il reste une table vide pour la fessée de Nadia... Monsieur Miles nous dit :

— Attendez à la cuisine.

Il nous suit et ajoute :

— Pour que vous ne soyez pas trop surprises, je vous préviens qu'on remet ça avec Juana Medelin. Ça lui a beaucoup plu, donner cette fessée, et elle est d'accord pour le refaire.

Eh ! C'est de la triche, ça ! Mais qu'est-ce qui ne l'est pas ici ?! Nadia accueille la nouvelle sans broncher. Pourtant, elle sait ce que c'est, une vraie fessée. Elle est beaucoup plus dure que moi. Je reconnais des gens qui étaient là ce midi, les autres vont être surpris. Une des serveuses me donne une claque sur les fesses en demandant :

— Alors, tu dors ?

Aïe ! Elle m'a fait mal, mes fesses sont hypersensibles. Je vais à la cuisine, chercher des hors-d'œuvre pour une des tables. Là, j'entends Juana crier ! Ça a commencé... Je vais vite dans la salle de restaurant porter les hors-d'œuvre et voir ce qui se passe. Nadia a bien balancé la sauce sur la belle robe rouge et Juana l'a attrapée par le poignet pour la coucher en travers de ses cuisses. Je vais vite demander à la serveuse qui m'a donné une claque :

— Je peux regarder ? S'il vous plaît.

— Juste le temps de la fessée.

— Merci Mademoiselle.

Je sais que mes fesses plaisent particulièrement, mais Nadia a également un super cul. Elle crie fort tandis que la brosse à cheveux donne de belles couleurs rouges à ses fesses. Je la plains... un peu, mais je suis fascinée par le spectacle. Tout se passe comme pour moi. Quand elle a été bien fessée, Nadia remercie à genoux et là, Yoake arrive avec ses techniciens. Applaudissements, rires des clients et Juana, dans son grand rôle. Seul changement, elle ne discute pas avec Mr W. mais trouve la surprise très amusante. Elle se change à nouveau dans la salle du restaurant.

Ça me fait mal – oui, aux seins – de constater à  nouveau qu'elle a un très beau corps : des seins lourds mais qui tiennent bien, un cul rebondi et des cuisses fuselées, comme on dit. Ah, je sais, c'est en fait une poupée, une méchante poupée ! Mais je me souviens qu'elle sentait fort la transpiration, donc c'est une femme. On lui apporte une robe propre... les clients l'applaudissent. Elle salue.

Une serveuse nous dit :

— Remettez-vous au travail, les filles.

On continue à apporter des plats, servir des boissons, débarrasser. Je suis crevée, cette soirée est interminable... De temps en temps, je touche mon nom que j'ai autour du cou... Juana discute et flirte même avec Monsieur Miles. Enfin, à minuit, Juana se lève, les gens qui l'accompagnent aussi. Elle dit à Monsieur Miles :

— Je prendrais bien les filles...

— Bien sûr, avec plaisir.

Ah mais non, je ne veux pas, moi ! Je veux aller dans notre chambre, mettre de la crème Nivea sur mes fesses et vite dormir sur le ventre ou sur le côté. Le seul problème, c'est que je n'ai rien à dire. Elle lui dit :

— Pas besoin qu'elles se changent.

Bon, on va y aller en serveuse 1925. Les gens qui l'accompagnent prennent un taxi, tandis que nous, c'est sa voiture de location. Elle lui dit :

— Je loge au Red Dragoon.

— J'y ai logé une fois, c'est vraiment un très bel hôtel.

Elle ne répond pas, elle a l'air de somnoler... Il nous dit :

— Regardez les filles, c'est l'hôtel.

Devant nous, un très grand bâtiment apparaît, au milieu d'un jardin. Devant l'hôtel, il y a une projection d'un dragon rouge de plusieurs mètres de haut. Monsieur Miles se gare dans le parking... On sort. Juana lui donne une carte plastifiée, qui permet de prendre un ascenseur filant à toute allure. Je regarde défiler les étages, il s'arrête au 18e. Sur un palier, il ouvre une porte avec la carte et on arrive dans sa chambre ou plutôt son appartement. Il y a une grande chambre à coucher, une pièce de réception et surtout une grande terrasse.... Nadia, qui ose tout, lui demande :

— On peut aller voir la vue sur la terrasse ? S'il vous plaît, Mademoiselle...

— Ouais.

Elle n’a pas fait vraiment attention à ce que Nadia lui a demandé parce qu'elle est dans les bras de Miles... Elle a l'air chaude comme la braise, la Colombienne. Ils s'embrassent passionnément...

On va vite sur la terrasse pour admirer le centre de Tokyo by night. Il y a des néons partout et certains doivent faire plusieurs mètres de haut. Dans une de ces rues, il y a même des néons sexy de filles qui dansent.

N'osant pas rester trop longtemps dehors, on revient dans la chambre pour tenir la chandelle parce que Miles et Juana s'embrassent et se caressent. À tout prendre, j'aime mille fois mieux tenir la chandelle que refaire connaissance avec sa brosse. Quand ils se séparent, elle nous dit :

— Déshabillez-moi.

Juana n'ayant qu'une robe sur elle, à deux, on arrive à la déshabiller ! On enlève tout, chaussures comprises. Miles lui prend la main et la fait tourner sur elle même en disant :

— Tu es la plus belle femme du monde.

Il y va fort, mais il faut avouer qu'elle est très belle. Elle se couche sur le lit et elle me désigne du doigt en disant :

— Toi, prépare-moi. Je me couche entre ses cuisses et plonge la langue dans sa chatte. Pas besoin de la préparer : elle est plus mouillée que la mousson sous les tropiques. 

 


  Rapidement, elle me repousse et Miles prend ma place. Il se couche sur elle. Ils vont baiser dans la position du missionnaire ? Oui... ils s'embrassent tandis qu'elle relève les jambes et croise ses chevilles sur les reins de Miles. Il la baise en force, son cul va et vient, tandis que Juana bredouille des choses en espagnol... Il faut quelques minutes pour qu'elle jouisse en criant. Elle est méchante, mais belle et elle a un sacré tempérament... On l’entend jouir en s'exclamant :
— Oh me haces coreme, hijo de putaaaaaa...
Elle maintient toujours solidement Miles fiché en elle. Il continue comme s'il n'avait pas été traité de fils de pute.... Mais bon, c'est Juana Medelin. Puis elle jouit une seconde fois, avec lui je pense... Là, je ne comprends pas ce qu'elle dit, mais elle a apprécié. Elle le désarçonne et ils se retrouvent couchés côte à côte. Elle me montre sa chatte du doigt et je vais vite y coller ma bouche, tandis que Nadia fait la toilette du sexe de Miles. Quand la star s'estime nettoyée, elle me repousse. Puis elle bâille et annonce à Miles :

— Je suis fatiguée, je vais dormir... Je viendrai manger chez toi demain.

— Avec plaisir... tu gardes les filles ?

Elle hésite, puis répond :

— Non, je les ai assez vues.

Nadia et moi, on s'incline en lui souhaitant bonne nuit, puis on se colle à Miles pour sortir très vite de cette chambre avant qu’elle ne change d'avis. Je lui dis :

— Elle est belle mais... euh... spéciale.

Miles répond :

— Très spéciale ! Bon, Yoake n'a pas besoin de vous avant demain matin, je vous emmène chez moi.

Cool... Lui, il est gentil. Il téléphone pour avoir un taxi. On sort de l'hôtel et on attend un peu. Les clients ont l’air surpris de voir ce grand gaillard entre deux soubrettes.

On monte dans le taxi et on parle un peu avec lui... de la France et de la vie ici. La voiture s'arrête à la périphérie du Centre, dans un quartier nettement moins glamour. Les immeubles sont vétustes et il n'y a plus de grandes publicités lumineuses. Dommage, j'aime bien les "traverser". On s'arrête devant un grand immeuble assez glauque. Il y a un petit restaurant ainsi qu'un salon de massages des pieds. Son restaurant est très classe, mais là, par contre, ça l'est beaucoup moins.


À suivre.


Un grand merci à Bruce Morgan pour les super dessins.


Nos livres sont ici :


https://www.lamusardine.com/recherche?s=mia+michael&controller=search


Commentaires

  1. Bravo pour ces superbes histoires...
    Un vrai talent pour raconter des histoires érotiques... et ce maid in Japan est en plus très dépaysant.
    Bravo pour le travail de documentation !

    RépondreSupprimer
  2. Mon premier commentaire, tu es super gentil.... J'ai beaucoup travaillé pour le mettre ici en très peu de temps... Je t'envoie plein de bisous.... mia

    RépondreSupprimer
  3. Coucou Mia, je te l'ai déjà dit, tes récits sont très biens, dignes d'une littérature érotique de qualité (et sans tabous) ! Je continue à les recommander !
    Vivement la suite ! JM 😘💋🌻🍀

    RépondreSupprimer
  4. Merci Mia pour ce formidable récit ! Bisous

    RépondreSupprimer
  5. Merci c'est très gentil... bisous, mia

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

31 - La tête dans les étoiles.

33 - On voyage.