36 - Le Dragon de Jade

 Les garçons remettent leurs bites dans leurs pantalons, nous, nos déguisements d'écolières. On s'embrasse, on dit qu'on va se revoir... Peut-être le soir, après notre boulot. Ils restent un moment à Okinawa.

La fin de l'après-midi a été super, j'ai joui deux fois, donc ma nouvelle chatte est toujours opérationnelle, bien qu'elle soit cachetée... On a bu une bière et j'ai gagné 50 $. Enfin, disons plutôt que Nadia a gagné 100 $. On se balade encore un peu parmi les statues, les fleurs, les gardes... À leur façon de nous regarder, on comprend qu'ils savent qui on est. Nadia les salue, moi aussi.
Il y a aussi des jeunes filles de notre style, en kimono blanc. Dans le dos, elles ont une inscription en japonais et anglais : « Servante à votre service ». Nadia fait signe à une de ces filles, une jolie Japonaise. 

Manifestement, elle ne sait pas qu'on va travailler ici, car elle s'incline devant Nadia en disant :
— Je m'appelle Akie, comment puis-je vous aider, Mademoiselle ?
— On voudrait manger ici ce soir, parle-nous des restaurants.
— Certainement Mademoiselle,
Elle sort un dépliant semblable à celui des garçons. Elle montre une carte du site en disant :
— Celui-ci, c'est "I Nagame" (Belle Vue) ils servent de la cuisine internationale, tandis que l'autre, "Hisui no dragon" (Le dragon de jade), sert de la cuisine typique d'Okinawa.
— C'est là qu'on va aller. Tiens, à propos, on a vu une fille en kimono blanc qui se frottait les fesses. Vous êtes fouettées, ici ?
La fille a l'air affolée... elle bredouille :
— Pardon Mademoiselle... je... je ne sais pas de quoi il s'agit. Comment puis-je encore vous aider ?
— Tu as fait ce qu'il fallait.
— Merci Mademoiselle.
Elle est garce, Nadia ! Elle me dit en riant :
— T'as vu son air ? C'est une trouillarde comme toi.
Oui, c'est possible... J'essaie d'éviter les problèmes et les punitions. Elle a l'air de ne pas se préoccuper de ce qui pourrait lui arriver ou plus exactement, ce qui pourrait nous arriver. On suit le plan jusqu'au Dragon de Jade. On ne peut pas le rater : deux immenses dragons éclairés par une lumière verte encadrent la porte d'entrée. Un couple de Japonais y entre, on les suit... Une réceptionniste d'une trentaine d'années les accueille, ils ont retenu une table. Une serveuse les accompagne dans le restaurant. Nadia dit à la réceptionniste :
— Bonsoir. Nous commencerons à travailler ici, demain. Dai-san nous a généreusement permis de visiter le site aujourd'hui.
La fille la regarde en souriant. À son air, je suis sûre qu'elle sait parfaitement qui on est. Elle répond :
— Et... ?
— Et on voudrait manger ici... Nous avons 100 $.
La femme a un petit rire et répond :
— C'est le prix de deux desserts.
— Alors, on prendra deux desserts.
Elle est folle ! Pourtant, je l'ai vue ramper comme moi aux pieds de Yoake. D'accord, on avait intérêt. La femme s'apprête à répondre, mais un homme arrive. Il nous demande :
— Alors les filles, vous voulez manger ici ?
Nadia répond :
— On nous a dit que vous faites des plats délicieux. À partir de demain, nous travaillerons ici, alors on aimerait beaucoup manger dans votre beau restaurant.
— Suivez-moi...
Je suis jalouse de son assurance, mais je ne suis pas à l'aise, parce que tout ça risque de mal finir. On se dirige vers les cuisines, ça y est, on va se faire fouetter. Une dizaine de personnes travaillent dans cette pièce. L'homme dit au chef :
— Ce sont deux petites baijins qui commenceront à travailler demain. Dai san les a laissées visiter le site. Tu t'en occupes ?
— Si je m'en occupe, elles ne seront plus baijins longtemps.
Il a un gros rire de chef. Le personnel rit aussi et tous nous regardent. L'hymen entre mes jambes me brûle ! Qu'on me baise, merde ! On nous installe dans un petit coin et une fille vient nous mettre des assiettes et des couverts. Elle dit à Nadia :
— J'admire ton courage, baijin.
— Merci, c'est gentil.
— Qu'est-ce que vous voulez manger ?
— On ne connaît pas bien la cuisine d'Okinawa.
— Je vais vous apporter les spécialités.
Elle nous apporte d'abord deux verres de bière Orion, puis des plats de légumes et de viandes. J'oublie instantanément le nom de ces plats, mais c'est très bon. Comme dessert, nous recevons des gâteaux au citron. C'est également vraiment bon. On parle un peu du site... Moi, je reviens toujours au Tokyo Idols. Elle a l'air certaine que ça se fera.
Nadia regarde l'heure à une pendule, dans la cuisine. À 9 h 20, elle me dit :
— On doit y aller.
On remercie chaleureusement le chef et le personnel de cuisine, puis on se rend dans l'entrée du restaurant. Nadia dit à la réceptionniste :
— C'était délicieux... Dites, je ne pense pas qu'on pourra garder de l'argent, est-ce que je peux le laisser pour le personnel ?
— Attends.
Elle pousse sur un bouton et quelques minutes plus tard, le patron arrive. Nadia le remercie pour le délicieux repas, puis elle lui dit :
— Je voudrais vous remettre notre argent pour le personnel.
— D'accord, donne-le à Oko. On se reverra...
— Oh, je l'espère Monsieur. Mon amie et moi, nous avons déjà travaillé en cuisine et en salle.
Mais qu'est-ce qu'elle raconte ? Le patron répond :
— J'en parlerai, mais ça ne m'étonne pas que tu plaises à Dai san. Tu as l'air très débrouillarde.
— Merci Monsieur.
Nadia dépose l'argent sur le comptoir. On salue et on sort du restaurant. Je crois que je suis devenue complètement transparente... Je fais vraiment de la figuration, quand je suis avec elle. Mais sans elle, qu'est-ce qu'on aurait fait ? On se dirige vers les écuries... Heureusement que le site est éclairé. Les temples et les statues se détachent à peine sur le ciel noir. C'est beau mais inquiétant. Je prends le bras de Nadia... Elle me dit :
— Ne t'accroche pas aussi fort à moi, tu m'empêches de marcher.
— C'est que... dans le noir, tout est un peu inquiétant.
— Ah oui, regarde vite cette statue, elle a bougé !
Je sais très bien que ce n'est pas vrai. Enfin, j'espère... On arrive dans les écuries. Un garde est assis dans l'entrée. On le salue. Il nous demande :
— Qui est Nadia ?
— C'est moi, Monsieur.
— Tu vas dans la serre et toi, petite, viens avec moi.
Je gémis :
— Je ne peux pas rester avec elle, Monsieur ?
— Non !
Je ne veux pas aller avec lui, je...
— Aïe !
Après m'avoir donné une gifle, qui a bien claqué sur ma joue, il répète :
— Tu viens avec moi.
Je me frotte la joue ! Il faut que j'obéisse plus vite. Il me conduit dans une grande pièce où se trouve déjà une quinzaine de filles. Elles se lèvent toutes pour le saluer. Il désigne une fille en disant :
— Toi, explique-lui.
— Oui Monsieur.
Il sort et ferme la porte à clé. La fille me dit :
— Il y a des bouteilles d'eau et des seaux pour les besoins.
Je fais la grimace. Elle ajoute :
— Tu es passée par le château ?
— Oui.
— Alors tu sais comment ça se passe. Tu ferais bien de pisser et boire. On éteint à 10 heures et réveil à 6 heures.
Je vais sur un seau. Oui, j'ai l'habitude, sauf que ça, en réalité, je ne m'y habituerai jamais. D'autant moins que les filles me regardent. Elles sont toutes jeunes et minces, mais avec des visages différents. Il y a des brunes, des blondes, des rousses, des métisses, des Noires... Les transformations qu'on a subies sont devenues strictement interdites dans tous les pays, sauf pour le Prince.
Les filles parlent entre elles... Elles sont couchées sur des futons, c'est-à-dire de minces matelas. Moi, je suis seule ! Je veux dire, Nadia est une garce, mais elle me protégeait... et puis... c'est mon amie. Je sens que je vais bientôt pleurer et je n'en suis pas fière. La lumière s'éteint. Quelques filles chuchotent encore... Je demande tristement :
— Est-ce que je peux dormir avec quelqu'un ?
Il y a un silence, puis une voix à côté de moi dit en anglais :
— Viens ici.
Elle est tout près, je tâtonne et je la trouve. Je me couche près d'elle en disant :
— Merci, tu es super gentille.
— Je sais ce que tu ressens... Dors, on a du travail demain.
Je ne sais pas qui elle est, une brune, je pense... Je m'endors.



***
Je suis réveillée par la lumière. Quelqu'un a ouvert des volets et la lumière inonde la pièce. La fenêtre est ouverte, tant mieux. On a dormi à une quinzaine de filles et puis il y a les seaux... Ma compagne de nuit est effectivement brune, je lui dis tout bas :
— Merci beaucoup, ça m'a vraiment fait du bien de dormir avec toi.
Dai-san entre dans la pièce avec Nadia ! Elle a un kimono blanc, mais sans inscription et un galon rouge garnit les bords. J'imagine qu'ils ont trouvé qu'elle se débrouillait tellement bien qu'ils l'ont nommée chef des baijins. Elle me dit :
— Viens ici, Cécile.
Je vais près d'elle.
— Tu vois, je suis devenue chef. On reste amies, mais tu dois m'obéir...
— Mais je t'obéis déjà, Nadia.
— Tu dois dire Mademoiselle, comme les autres filles.
— Oui... Mademoiselle.
— Bien, je vois que tu as vite compris.

A suivre.

Un grand merci à Bruce Morgan, pour les super dessins.

Cliquez ici pour voir nos livres.


 
 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

31 - La tête dans les étoiles.

33 - On voyage.

30 - On remet ça.