554 - 59 Ce que font les blanches.

 Ils ont tous bu de l’alcool et ils me regardent les yeux brillants, avec un peu de bave aux lèvres. Oh que je n’aime pas ça ! Ariane me dit :
— Va sucer le sexe des chefs.
Non, mais ça va pas la tête ? Je réponds :
— Ils ne font pas ça ici.
— C’est vrai mais ils savent que les Blanches le font. Tu le fais ou pas ?
Je n’ai pas envie du tout, mais je sais que si je le fais pas... elle m'abandonnera ici ou bien elle va demander à Kil de me claquer les fesses, ou les deux, alors je réponds :
— Oui Maîtresse.
Je vais devant le chef de notre camp. Ariane me dit :
— Commence par le chef invité.
Je vais me mettre à genoux devant le chef. Quelques dizaines de Caraïbes se sont levés et font cercle autour de nous, pour voir ce que cette salope de Blanche va faire de dégoûtant !
Les Caraïbes sont plutôt propres, c’est-à-dire qu’ils vont se laver dans un ruisseau de temps en temps. Je ne dis pas que les Occidentaux sont toujours propres, loin de là, je suis payée pour savoir que non. Enfin, j’étais payée. Bon... je tire doucement sur le prépuce pour dégager le gland. C’est mieux que ce à quoi je m’attendais, je suppose qu’un chef doit baiser les femmes qu’il veut, c’est une façon de se laver.
Plutôt que de le mettre en bouche, je lèche le gland. Il y a des cris parmi les spectateurs. Ils doivent penser que lécher un sexe, c’est vraiment dégoûtant ! Ces Blanches font n’importe quoi ! On a beau dire qu’ils ne font pas ce genre de chose, le chef me prend par la nuque et il me fait « aller et venir » sur son sexe. Ah oui, ce n’est pas sa première fois. Il finit par jouir dans ma bouche en gémissant. J’avale presque tout. Les femmes sont surprises et dégoûtées... ou elles font semblant. Ariane me dit :
— Reste à genoux et occupe-toi des autres.



Je ne peux pas tous les sucer, c’est impossible. Heureusement, il y en a qui ne veulent pas et d’autres se contentent d’un baiser sur leur membre. Je ne dois sucer jusqu’au bout que cinq Caraïbes, qui jouissent dans ma bouche. Ouf ! c’est fini... ou pas... 
Les Caraïbes des deux sexes sont fascinés par ce que je viens de faire. La femme du chef dit quelque chose en espagnol à Ariane. Elle répond :
— Si, si.....
Le reste, je ne comprends pas. La femme parle aux femmes de la tribu et aussitôt, une file se forme devant moi. Oh noooon ! Il y a une vingtaine de femmes qui veulent que je les lèche... Au secours ! Je regarde Ariane . Elle me dit :
— Tu veux de l’aide ?
— Oh oui, Maîtresse !
Elle enlève sa robe et vient se mettre à côté de moi... Elle caresse ses seins et elle se retourne pour montrer ses fesses. Puis elle dit un truc du genre :
— Vous nous faites beaucoup d’honneur en nous permettant de lécher vos merveilleuses chattes.
Euh... non, elle ne dit pas ça mais elle propose simplement de lécher aussi. Le chef leur dit quelque chose en Carabéian (oui, je sais, ce mot n’existe pas). Les deux premières femmes enlèvent leurs pagnes et viennent s’allonger devant nous, les jambes écartées. Ma Maîtresse et moi, on commence à les lécher. La chatte que j’ai sous la langue et le nez a beau sentir le marché aux poissons de Boulogne sur Mer, un jour de canicule, je m’en fous. Ariane m’aide, ça veut dire qu’elle ne me laissera pas ici. Je suis obsédée.
Les femmes adorent, le disent, le gémissent, elles se font lécher la chatte pour la première fois de leur vie, soi-disant, et par des Blanches en plus. La jeune femme que je lèche gémit de plaisir en me caressant la tête. Celle d’Ariane jouit avant la mienne. Normal, Ariane est la Maîtresse.
Finalement, on lèche chacune une bonne dizaine de chattes, c’est beaucoup. Quand on  a fait les dernières, on se lève. Ariane prend ma main et on salue. Il y a des cris et des rires. Il fait de plus en plus noir, les feux sont presque éteints. On va dormir dans notre hutte avec Kil. Il nous dit :
— Vous sentez !
Ben oui, on sent la chatte de Caraïbes... Bah, c’est pas grave. On s’endort rapidement. 
***
Le lendemain, je veux aller aider à préparer le petit déjeuner, mais une femme vient dire quelques mots en espagnol à Ariane. Celle-ci me dit :
— Reste ici, il y a eu des... tensions.
Je lui demande :
— À cause d’hier ?
Elle ne répond pas. Elle reste un bon moment partie. Quand elle revient, elle nous dit :
— On s’en va.
Comment, pourquoi ?  Kil ne demande rien. Ariane me dit :
— Qu’est ce que tu attends ? Habille-toi.
On sort de la hutte. Deux Caraïbes nous attendent et on part sans dire merci ou au revoir, sans manger, sans faire pipi. Un Caraïbe se met devant et l’autre derrière nous. Je dis à Ariane :
— Je dois faire pipi, vraiment fort.
— On ne s’arrête pas.
Eh ça va pas la tête ? Il faut s’arrêter et s’accroupir pour faire pipi... ou pas, car bientôt, ma vessie déclare forfait et elle arrose la forêt cubaine... ainsi que mes jambes, par la même occasion. Tout a été tellement vite qu’il me faut un moment pour réaliser qu’on part tous les trois ! J’avais vraiment la trouille qu’elle me donne ou qu’elle... m’échange.
On continue de marcher dans la forêt. Je mets les pieds là où Ariane a mis les siens. On ne voit pas le chemin, mais il y en a un qui serpente dans la forêt. On marche certainement deux heures. Il fait très chaud, je transpire beaucoup. Je finis par dire à Ariane :
— On ne va pas tenir si on ne boit pas, Maîtresse.
Kil, qui est derrière moi, me passe une gourde faite dans une calebasse. Ariane me dit :
— Deux gorgées et tu me la passes.
Je bois mes deux grandes gorgées et je la passe à Ariane. Je crois qu’on marche encore deux heures avant de s’arrêter au bord d’un ruisseau. Les Caraïbes nous montrent une source qui sort d’un rocher. On boit tous... Ooh ça fait du bien. Je ne sens plus mes jambes ni mon dos. Je demande à Ariane :
— Je peux me baigner, Maîtresse ?
Comme souvent, elle pousse un gros soupir et répond :
— Cesse de m’appeler Maîtresse, on va travailler ensemble. Et oui, tu peux aller te rafraîchir mais en gardant ta robe. Ta chatte blonde donne trop d’idées à nos amis.
Oh ! Ils voulaient me garder, c’est ça ? Bah, je m’en fous, on est partis. Je relève un peu mes  jupes et je m’assieds dans l’eau fraîche. Puis je vais m’allonger près d’Ariane. Les Caraïbes ont trouvé des fruits. On mange...
Quand on est un peu reposés, il faut repartir. On marche, il fait chaud, j’ai à nouveau faim et soif, je dois faire pipi... Je voudrais être à la Pointe aux Oies avec  Ariane... oh et puis Kil peut venir. On peut heureusement s’arrêter à nouveau le long d’un ruisseau pour boire, faire pipi et un peu se reposer. Quand on reprend notre marche, c’est la fin de l’après-midi. On s’arrête devant une grotte. Ariane me dit :
— Dernière étape, demain, c’est La Havane.
Les Caraïbes vont chasser et ramasser des fruits. Ils reviennent avec deux serpents, quelle horreur ! Ils font du feu avec deux pierres, un silex et une autre pierre qui a l’air ferreuse. Je mange du serpent pour la première fois de ma vie. C’est plutôt bon, il faut dire que je suis affamée. Cette entrée de grotte me fait peur, on dirait la porte de l’enfer. Soudain, je vois quelque chose en sortir. Je crie :
— Des démons sortent de la grotte !



Je ne vois pas Ariane lever les yeux au ciel mais elle le fait certainement. Par contre, je l’entends soupirer. Elle me dit :
— Ce sont des chauves-souris Lizy, pas des démons.
Elles m’ont fait peur ! Le feu s’éteint... Il fait plus frais quand la nuit est là. Je dis à Ariane :
— S’il te plaît, je peux dormir entre Kil et toi ? J’ai peur et j’ai froid.
Ouf ! Elle est d’accord.
***
Le lendemain, quand je me réveille, Ariane et Kil sont déjà occupés à discuter. Enfin, elle parle et lui dit un mot de temps en temps. Je leur dis :
— Bonjour... les Caraïbes sont partis ?
— Oui... Il y a de l’eau et des fruits. Mange, pisse et on s’en va.
— À La Havane ?
— Oui à La Havane.
Pas besoin de demander plus, je sais qu’elle ne me dit rien d’avance. On quitte la grotte et bientôt, on suit un petit chemin, je veux dire un vrai chemin. Oh ! On voit la mer et une grande plage. Il y a bientôt moyen de descendre sur la plage. On marche sur le sable dur, au bord de l’eau. J’ai faim et j’ai soif, comme toujours. Mais franchement, c’est normal Ariane me dit :
— Regarde la ville au loin.
— Oh oui... C’est là qu’on va travailler pour gagner de l’argent et aller tous les trois s’installer à la Pointe aux oies.
Ils me regardent comme si je venais de descendre de la lune. Ariane me répond :
— Non. Il nous faut de l’argent et tu vas commencer à le gagner. Notre sort dépend de toi... et de ta trouille que Kil te donne une fessée.
Je gémis :
— J’ai rien fait...
Pourquoi je ne peux jamais savoir ce qu’on va faire ? Ariane poursuit :
— D’abord, lave-toi.
Je vais me laver dans la mer, pas trop loin, parce que j’ai peur des requins. Ça fait du bien. Quand je reviens, Ariane tire sur mes cheveux pour qu’ils soient bien plats sur ma tête et elle les attache sur la nuque. C’est une coiffure de garçons, ça. 
On atteint bientôt les faubourgs de La Havane. C’est un grand port. Les gens qu’on croise sont plutôt inquiétants. On se rapproche du centre, là, c’est nous qui avons plutôt l’air inquiétants. On entre dans un petit magasin de vêtement. Le propriétaire est derrière son comptoir. Ariane lui dit en espagnol, je traduis :
— Je voudrais des culottes, une chemise et un bonnet pour quelqu’un de mince. Il faudrait aussi une robe pour moi et un pantalon pour mon mari.
— Vous avez de quoi payer ?
Kil sort deux grandes monnaies en argent d’une bourse, le marchand les regarde soigneusement puis il dit :
— D’accord.

À suivre.

Un grand merci à Bruce Morgan, pour les super dessins.

Pour vous abonner gratuitement à ce blog, cliquez sur les trois petites lignes parallèles qui se trouvent en haut et à gauche de la page d'accueil.

Bruce Morgan et Mia vous proposent «Ashley et les esclaves » 319 pages, 
81 dessins + « Les vacances de Mia » 35 pages, 14 dessins de Bruce. Vous allez passer de super moments pour 10 € via paypal à : leslivresdemia@gmail.com
Vous les recevrez directement sur votre mail (prière de me le dire, paypal ne donne pas le mail)





Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

31 - La tête dans les étoiles.

Lizy 24 - En mer, à nouveau...

33 - On voyage.